Publié le : 29 juin 20204 mins de lecture

Les investissements immobiliers locatifs effectués via la loi Duflot vous permettent de réduire vos impôts. Cependant, en contrepartie vous devrez louer en respectant un plafond de loyer, inférieurs aux prix en vigueur. Le tout est donc de savoir si l’opération est rentable, et voici quelques éléments de réponse.

Comment calculer la rentabilité d’un investissement locatif à travers la loi Duflot

Il suffit de prendre le prix du logement convoité, et d’ajouter 5 % pour les frais d’achat. Puis, on lit l’offre de crédit immobilier ou l’on effectue une simulation en ligne, et l’on calcule le coût total de l’emprunt : en comptant les intérêts et primes de l’assurance emprunteur.

Puis, prendre le tableau des loyers fixés par l’État, et additionner les revenus locatifs pour toute la durée des remboursements. On obtient au final d’une part la dépense, et d’autre part la somme encaissée. Reste à tenir compte des impôts, et justement dans la défiscalisation en loi Duflot, l’investisseur n’aggrave pas sa fiscalité, il l’abaisse. La formule est : prix de l’habitation x 18 % = réduction d’impôt.

Au final, pour savoir le retour sur investissement d’un appartement acheté pour la location à travers le système Duflot, la formule est : coût du crédit – somme des loyers -remise d’impôt.

Du locatif pour garder ou vendre

Le retour de l’immobilier locatif en loi de défiscalisation Duflot dépend avant tout de la motivation de l’investisseur. Il a la possibilité de revendre après neuf ans, pour obtenir une plus-value. Une chose cependant, dès lors que le logement est occupé , il est plus difficile de le revendre, sans doute pour une dépréciation de l’ordre de 10 %. L’acquéreur peut aussi conserver plus que les neuf ans que dure le dispositif, et recevoir un supplément de revenus à long terme. Il devra pour cela attendre la fin des remboursements du prêt.

Viabilité de la loi défiscalisation Duflot et la fixation des loyers

Le dispositif Duflot résidence principale fut crée en vue de faciliter l’accès à l’habitation pour les personnes aux revenus modestes. Il est donc logique que les loyers soient limités, c’est ce qui fait peur aux investisseurs. Alors que la rentabilité est réel dû à un équilibre entre les loyers et la remise d’impôt.

Le retour d’un investissement locatif se met en avant avec trois paramètres : le montant total du projet frais de notaire compris, le montant du loyer annuel et l’imposition sur ces revenus fonciers ainsi créés. Dans le cadre de la loi défiscalisation Duflot, le calcul est rapide à effectuer étant donné que les loyers sont imposés par l’État.